Photo : Samuel Bergeron, Écosse 2014

Photo : Samuel Bergeron, Écosse 2014

Simon Beaudry est un artiste qui vit et œuvre à Montréal. En 2007, il fonde le collectif Identité Québécoise avec l’auteur Philippe Jean Poirier. Au sein de ce groupe, il organise des conférences sur différents sujets, rédige des textes et crée ses premières œuvres sur le thème de l’identité. De 2008 à 2010, il collabore au magazine montréalais Urbania.

Son premier projet d’exposition, Câliboire, a été sélectionné par les centres d’artistes Espace Virtuel à Chicoutimi (2011) et Espace F à Matane (2012), la galerie Art Mûr à Montréal (2012), l’exposition collective Chromatique à la SAT de Montréal (2012)

et finalement les Centres d’exposition d’Amos et de Val D’or (2012). À l’automne 2012, il débute une maîtrise en arts visuels et médiatiques à l’UQÀM. En novembre 2013, il déploît un deuxième projet, Véhicule et Scalp, pour la première fois à la galerie BAC à Montréal. Il est encore en circulation à ce jour. 

 

En mars 2014, il complète une résidence dans le cadre deChantier libre 4 à Montréal. Le nouveau travailissu de cette période inclut des oeuvres performatives et marque un tournant danssa pratique. En septembre 2014, il est allé en Écosse durant trois semaines pendant la campagne référendaire afin de créer des oeuvres à même l’espace public en se servant du contexte pour faire des liens entre l’identité québécoise et écossaise. Ce projet à contribué au film documentaire YES (Babel Films) qui sera diffusé en primeur aux Rendez-vous du cinéma québécois le 03 mars prochain.

 

En mars 2015, c’est en Floride qu’il se dirige afin d’explorer un éventuel projet d’art sur la diaspora québécoise, Floribec. À l’été 2015, il fût invité à participer à Identité et identification : traditions,  mutations et métissages, interventions performatives comissariées par Sonia Pelletier et organisées par Le Lieu à Québec.

 

Québécosse est sont 3e projet d’exposition. Il n’a jamais été diffusé jusqu’à maintenant. Un 4e projet est parallèlement en finalisation de production et a été partiellement exposé : La charge de l’orignal épormyable, inspiré par l’oeuvre théatrale du même nom, créé en 1954 par Claude Gauvreau.